L’être (in)complet : et le fait politique [3]

« L’obscurantisme des Lumières peut prendre la forme d’un fétichisme de la raison et d’un fanatisme de l’universel qui restent fermés à toutes les manifestations traditionnelles de croyance et qui, comme l’atteste par exemple la violence réflexe de certaines dénonciations de l’intégrisme religieux, ne sont pas moins obscurs et opaques à eux-mêmes que ce qu’ils dénoncent.  » Pierre Bourdieu

Notre société, qui a pour objectif la création d’une société idéale où il n’y aurait plus de conflits, a pour cela évité le plus possible tous conflits, cherchant chaque fois la 3ème voie qui serait unificatrice et bienséante. C’est à ce niveau, comme l’exprime Miguel Bensayag dans son ouvrage « éloge du conflit », que nous pouvons voir le conflit (la multiplicité des idées, des visions) rejeté pour aller vers ce qui nous semble la voie à suivre. La crise que nous vivons est porteuse d’injustices et d’inégalités croissantes. Dans le même temps où un pan entier de la société s’appauvrit, un autre voit ses profits en bourse exploser. Nier idéologiquement le principe même de conflit, le présenter comme négatif, l’analyser comme uniquement destructeur, permet de constituer dans l’opinion une tendance à diaboliser le conflit social. C’est là oublier que toutes situations d’oppression – réelles ou ressenties comme telles – suscitent inévitablement le besoin de conflit, qui est dans un même temps la volonté de compréhension et la tentative de trouver une solution. Interdire le conflit, sans supprimer son origine dans l’expérience d’oppression, conduit à transformer le conflit en violence. L’idéologie du consensus sans conflit conduit inévitablement au maintien de la situation d’oppression, à l’illégitimité d’une parole contre celle-ci, ne laissant comme seule voie que la violence. La confusion entre conflit et violence, entre accords après confrontation et accords avant celle-ci, entre consensus et compromis, débouche sur une délégitimisation de la parole de ceux qui se sentent opprimés.

Comme le signale Saïd Bouamama, les formes de la transmutation de cette violence ainsi créés sont visibles sur la scène sociale. Elles peuvent se résumer arbitrairement en trois catégories différenciées, signifiant toutes un degré de souffrance sociale différent et une recherche de place sociale.

 En premier lieu, nous trouvons ce que nous appellerons la violence internalisée, c’est-à-dire la violence retournée contre soi-même, dont la forme ultime est le suicide. Il n’est pas inutile, à ce niveau, de rappeler que le suicide est la première forme de mort des jeunes en France, surtout si l’on prend également en compte, comme relevant des mêmes processus, les conduites suicidaires.

 La seconde forme repérable est, bien entendu, la violence externalisée avec cibles précises. Il n’est, en effet, pas neutre de noter ce qui est détruit dans les violences des jeunes, de même qu’il n’était pas indifférent d’analyser ce qui était détruit dans les émeutes de la classe ouvrière dans le passé, ou dans les révoltes de la faim du tiers-monde.

 Enfin, nous trouvons la violence externalisée sans cibles, c’est-à-dire prête à exploser en tout endroit et en tout temps. Force est de constater que notre société inégalitaire est plus sensible à certaines violences qu’à d’autres. Force est de remarquer que l’attention sociale se porte plus facilement sur les jeunes qui cassent que sur les jeunes qui se cassent.

Un problème des plus importants en découle du coup dans le présent : comment faire politique, c’est-à-dire débat et confrontation d’idées, dès lors que le postulat de base admis, suppose qu’il ne peut y avoir de débat ? La politique devient juste une voie à suivre pour arriver à créer par l’éducation cette paix universelle. Toute autre vision ou idée ne serait-ce que divergente de celle-ci devient de fait, non plus une idée à débattre pour créer une société, mais bien un problème viral à supprimer pour accéder à cette paix sur terre espérée par tous. Voir le champ lexical de la médecine qui se développe fortement en politique. 

Nous créons une nouvelle forme de fascisme volontaire, ce qui crée cette incroyable sensation d’impossibilité d’action traduite par « que peut-on faire ? » ou par « on cherche le moins pire qui nous guide vers ce lendemain radieux » qui remplace le « il n’y a qu’à faire ou proposer, pour améliorer notre réalité », créateur de dynamique et de mouvement inhérent à tout ce qui est vivant. La vie politique en est désertique, il ne reste qu’une conception idéologique néolibérale qui est vue non pas comme idéologie, mais comme moyen technique pour évoluer. Ni mot d’ordre ni programme à long terme divergent est présenté, mais seulement des nuances et degrés d’une même direction. Nos hommes politiques se transforment en gestionnaires de zone territoriale, voire de présentoir pour leurs conseillers politiques liés à la finance.  Le problème vient de l’effondrement de la dimension morale des relations entre les citoyens au profit de la dimension juridique. Si la distinction République/démocratie a un sens, cela revient au déplacement de la morale à la loi. Je pense que c’est un énorme changement dans la manière de concevoir les relations entre les êtres.

Le problème est que cet individu-là présupposé par l’idéologie mécaniste, lié à de nombreux philosophes humanistes des lumières, n’est rien d’autre qu’un mythe philosophique, une simple « robinsonnade », comme l’écrivait Marx. L’inconscient, par exemple, sans même prendre en compte sa structure « trans-générationnelle », nous rappelle à tout instant que d’autres que moi (et d’abord, un « père » et une « mère », quel que soit leur mode de présence imaginaire et symbolique) sont le miroir perpétuellement tendu à partir duquel chacun de nous doit s’arranger comme il peut, pour bricoler les contours à la fois durables et toujours mouvants de sa propre identité. La langue maternelle, d’autre part, et par conséquent l’univers culturel qui lui est nécessairement associé, inscrivent également chaque sujet dans un héritage contraignant, que nul ne peut modifier en profondeur à sa guise.

Depuis une dizaine d’années, la France s’est fortement américanisée au niveau philosophique. Du coup, un rapide détour vers les USA peut permettre de comprendre la direction que nous prenons. L’Amérique est une terre de pionniers. A la différence des États européens qui se sont construits par le haut, l’Amérique s’est construite par le bas. Les premiers colons qui se sont installés ne pouvaient attendre d’un État ni travail, ni protection. L’initiative individuelle joue donc un rôle central dans l’esprit américain. Il s’exprime dans la figure héroïque du self-made-man et dans l’idée du « do it yourself ». L’individualisme se retrouve autant dans l’esprit des sciences sociales (la microéconomie) que dans la psychologie du « self help » (développement personnel – le parent pauvre de la psychologie). De plus, l’Amérique s’est toujours voulue une terre de liberté : le libéralisme économique vante l’esprit d’entreprise et le rejet de l’intervention de l’État. L’esprit libéral signifie aussi « progressiste » en matière de mœurs et d’opinion. La liberté est aussi celle de voyager, de circuler, associée au goût pour les grands espaces, au mythe du cow-boy solitaire, au vagabond mystique et jusqu’à l’anarchisme des libertariens.

Ces visages de la liberté imprègnent profondément toutes les sciences sociales, la philosophie et la littérature américaine voir occidentale.  Au niveau social et politique, nous voyons aussi la place des « business men » comme très importante. En matière philosophique, cette tendance se traduit par un moindre goût pour l’esprit du système (à l’Allemande) et l’esprit cartésien (à la Française). Le savoir doit être tourné vers l’action pratique : cet esprit se retrouve dans le pragmatisme, brocardé par Bertrand Russell en son temps : « L’amour de la vérité est obscurci en Amérique par l’esprit du commerce dont le pragmatisme est l’expression philosophique ».

 

complément : 

Droit et société : d’une vision éthique à un fonctionnement utilitariste.

 

 

Pour aller plus loin :

  • L’esprit des lumières de Tzvetan Todorv
  • Eloge du conflit de Miguel Benasayag et Angelique del Rey
  • Essai sur l’individualisme de Louis Dumont
  • L’Homme sans gravité de Charles Melman
  • La santé totalitaire de Roland Gori et Marie-José Del Volgo