L’imaginal : une dimension subjective et/ou transcendante à retrouver

L’imaginaire est créateur de sens subjectif, il construit le sens de notre vie. Le scientisme et le rationalisme enferment l’homme dans une conception du monde matérielle, concrète ; l’imaginaire est, dans cette vision du monde, uniquement tournée vers l’aspect rationnel des choses. La plupart des hommes semblent avoir perdu la relation avec l’imagination créative permettant de s’ouvrir à la partie immatérielle et non-rationnelle du monde propre à développer leurs capacités personnelles à trouver du sens et à cheminer vers eux-mêmes.

Cette faculté de créer, d’imaginer quelque chose que l’on ne connaît pas, peut être orientée selon deux possibilités :

1) les idées, les concepts nouveaux permettant le progrès de tout ce qui se rattache au monde de la réalité concrète (progrès scientifique, technique, intellectuel, etc…) ; cette fonction de création est dirigée vers le mental, l’intellect, la raison. L’imaginaire est alors le reflet de la pensée et des conditionnements sociaux, culturels, religieux…, permettant de reproduire par la pensée les symboles, les signes, les images acquises de l’extérieur au cours de la socialisation et de l’éducation, sans qu’il n’y ait aucun effet transformateur de la conscience.

2) l’émergence d’images, de sensations ou de situations nouvelles, complètement inconnues permettant l’accès au monde du réel, non-rationnel, immatériel et ouvrant à la transcendance, c’est-à-dire à l’esprit. Il s’agit là d’une imagination créatrice produite par l’ouverture de la psyché aux grands mythes, symboles, archétypes, au sans fond du monde, permettant l’émergence de la création du monde sensible et d’une recherche de sens de l’existence.

Ainsi la conscience dispose de deux manières pour se représenter le monde. L’une correspond à la représentation exacte d’une réalité connue, l’autre symbolise la perception intérieure de quelque chose d’impossible à voir, qui n’a aucune réalité matérielle et qui peut sembler être une illusion.

Avant de pénétrer plus loin dans le monde de l’imaginal, essayons de préciser et de définir les différents concepts du vocabulaire de l’imaginaire car il n’est pas toujours facile de se retrouver dans les différents termes d’imagination, d’imaginaire et d’imaginal.

 

Question de vocabulaire :

 

L’imagination : une fonction cognitive

Nous pouvons discerner deux types d’imagination : l’imagination reproductive qui reproduit le domaine sensible, et l’imagination créatrice qui comme son nom le dit, est création de nouveau. En effet, l’imagination peut être la faculté de la psyché, à partir de ce qu’elle connaît, à se représenter des images (dans le sens d’une représentation mentale du monde matériel, visible ou du monde immatériel, invisible), des sensations ou des situations qu’elle a déjà perçues et qu’elle se remémore. Mais, l’imagination c’est aussi la faculté de former des images qu’on ne connaît pas ou de créer des images en combinant les idées. Il s’agit ici de créer ou d’inventer des images, des situations, des sensations et de permettre l’actualisation d’un potentiel par l’éveil de ce qui, en l’homme, existe à l’état de disposition.

L’imaginaire, la productions de l’imagination :

L’imaginaire sont les images : expression ou représentations de l’activité psychique. Si l’on change ou modifie des images, il y aura une modification des affects (base de l’hypnose). Il y a des invariants dans la production de contenus psychiques imaginaires. De plus J. Achterberg: a montré de fortes implications de l’imaginaire dans la physiologie et la psychothérapie.

 

L’imaginal : domaine de connaissance intermédiaire entre sensible et intelligible (H. Corbin)

L’imaginal ouvrent l’homme à la transcendance, à l’expérience subjective, au monde invisible qui lui permet de cheminer vers son plus haut degré de réalisation et de sens de la vie, par la réconciliation des contraires : l’invisible et le visible, le spirituel et le matériel, l’Esprit et le corps. Quand cette réconciliation se produit l’homme s’ouvre à sa véritable nature, dépasse les limites de sa conscience personnelle (moi/ego) et accède à une conscience plus haute (Soi Jungien).

Les travaux d’Henry Corbin, avec le concept d’imaginal, ouvrent directement sur la notion d’une imagination active et/ou créatrice comme moyen pour renouer avec la dimension transcendante et spirituelle en nous-mêmes et retrouver le contact avec notre être le plus Essentiel ainsi que la conscience de la non-séparabilité entre le monde et nous.

 

Remarques pour expérimenter l’imaginal :

Il ne s’agit pas de « voir» (ni hallucinations, ni photons). Ex : évoquer, se représenter, imaginer, se figurer, se remémorer, penser à, …

Exemple : «pensez au visage de votre mère.»

Exemple : «c’est un carré bleu : je ne le vois pas mais je sais qu’il est bleu»

Question de faculté : selon les personnes : images de rêve, images claires, images invisibles  («voir sans voir») , Cela n’a pas d’impact sur l’imagination active de la personne.

Question de circonstances : selon les circonstances et les expériences, les images peuvent être plus ou moins claires. L’importance n’est pas leur clarté : c’est d’en faire expérience.

 

Entrons dans le monde de l’imaginal : 

C’est en étudiant la spiritualité et la philosophie iranienne qu’Henry Corbin a pu élaborer son concept d’imaginal à partir de l’idée qu’il existe un monde intermédiaire entre le sensible et l’intelligible, entre la réalité et le réel, entre le visible et l’invisible ; c’est le monde de l’imaginal qui permet de trouver l’équilibre entre ces deux polarités.

Il est impossible de pénétrer dans le monde de l’imaginal avec les sens, c’est le lieu des événements psycho-spirituels (visions, intuitions, rupture avec les lois physiques de l’espace et du temps). Ce monde est souvent jugé imaginaire, c’est-à-dire irréel par la vision rationnelle et empirique du monde scientifique actuel. C’est par l’imagination active ou méditation qu’il est possible d’atteindre ce monde de l’imaginal, transmutant ainsi les données sensibles en symboles. Nous trouvons ici l’idée d’un état intermédiaire de la conscience, entre veille et sommeil, permettant de pénétrer dans le monde des visions et de la connaissance, enseignant à l’homme sa véritable structure interne.

 

Une ontologie en 3 domaines permet de :

-suspendre les paradoxes logiques liés aux expériences alternative (visions, synchronicités, NDE, chanelling, etc)

-unir irrationnel et raison, sans exclusion mutuelle.

-dépasser les syncrétismes new-age et les spéculations matérialistes,

-en conservant la reliance à des domaines «cachés» , «lumineux» , «spirituels», «sur-naturels,… »

L’hypnose, les expériences méditatives, chamaniques, les rêves éveillé dirigé, les éxpériences de mort imminente (ou EMI), etc ; sont inexplicables rationnellement dans un modèle en 2 domaines. 

 

La notion d’imaginal apparaît (paradoxalement) comme révolutionnaire pour appréhender :

-certaines failles du paradigme matérialiste, (sensible)

-les limites de la psychologie occidentale et les expériences «non-ordinaires »(intelligible)

-les récits d’expériences en cadre sain

 

Le corps peut alors être vu comme vécu sous 2 perspectives simultanés :

-1 / Physique : corps matériel

-2 / Imaginal : représentations du corps

Chaque niveau peut être conceptualisé de manière différente. Cette approche permet d’appréhender les distorsions de la perception du corps. Elle renvoi aux notions neuroscientifiques de proprioception, intéroception et carte somato-sensorielle.

 

Psychisme et représentations

Le rêve éveillé dirigé (pratiqué via l’imagination créatrice) montre que l’imaginaire est une expression de réalités psychiques. L’action sur les représentations entraine une action sur les structures psychiques interne. Desoille souligne que « le déplacement des images dans l’espace imaginaire modifie l’affect». Le travail en imagerie mentale modifie :  l’état émotionnel, les représentations, les croyances, les conditionnements. Cette pratique nous fait découvrir une capacité d’auto-transformassions et d’autoconstitution de l’expérience subjective. Une capacité de changement et de transformation.

La fonction des symboles dans cette vision de l’imaginaire ne représente pas une idée ou un concept : il exprime des affects, il ne s’agit donc pas d’interpréter les symboles..

Quelques fonctions des symboles :

-Evocation : ils évoquent quelque chose

-Expression : ils expriment un contenu

-Unification : ils sont simultanément conscients et inconscients

-Transformation : changer le symbole change la réalité psychique qu’il représente

-Création : le symbole a donc une capacité créatrice

-Mise en relation : le symbole relie le sujet à son psychisme

 

Dans une vision spirituelle 

 le monde mystique des images archétypales a une valeur noétique, dans la mesure où les perceptions imaginatives peuvent être les fenêtres par lesquelles pénètre en nous la lumière du monde supérieur. L’illumination ou l’état de grâce est ce moment où l’individu est touché ou pénétré par une image archétype chargée de l’énergie du monde céleste et comme transformé par elle.

Cette vision du monde conduit à une vision ternaire de l’homme composé d’un corps, d’une âme et d’un esprit. L’âme correspond à la psyché et ouvre au monde de l’imaginal qui nous permet de retrouver la lumière de l’Esprit. Pour Henry Corbin, l’imaginal n’est pas un monde inoffensif et l’imagination active est une faculté purement spirituelle, indépendante de l’organisme physique. La pensée et l’âme nous permettent, à travers l’imaginaire, de construire le monde matériel, rationnel, concret, et d’être en contact avec lui tandis que l’imagination active semble ouvrir le contact avec le monde de l’esprit qui est non-rationnel, spirituel, immatériel.

Le sens de la vie et le chemin vers la réalisation de soi consiste donc par la méditation, l’étude et l’imagination créatrice, à s’éveiller au monde de l’imaginal afin de retrouver le contact avec notre nature essentielle à l’évolution positive de l’homme et du monde.

 

Il y a donc 2 perspectives de l’imaginal :

Perspective psychologique: autonomie type inconscient collectif jungien

Perspective théosophique: autonomie et évolution spirituelle.

Ce qui amène à réaliser que dans le domaine de l’imaginal la question, du vrais n’a que très peu d’intérêts, car que ce soit “inventé” ou “reçu d’ailleurs” l’effet sur le fonctionnement psychique interne, lui sera vrais et expérimenté. 

 

Réunir philosophie et psychologie ? 

Il semble de nos jours, important de faire communiquer la psychologie moderne qui a plus ou moins 150 ans, avec l’héritage philosophique qui a plus ou moins 2500 ans. Les concepts des psychologies du 19e au début du 21e se sont développés en tenant peu compte de notre vaste héritage philosophique. Or cet héritage philosophique propose de nombreux modèles, cohérents, pluriels, contradictoires et complémentaires, pour aborder les questions-clefs de la psychologie tel que :

-unité et multiplicité

-limites du soi

-agents internes, agents externes

-activité et passivité

-volonté, automatisme et libre-arbitre

-réalité et irréalité

-interprétation des expériences

-logique, interprétations…

 

Pour une nouvelle approche de la subjectivité et de la psychologie :

Face aux limites modernes du paradigme matérialiste : extension du matérialisme (matérialisme spirituel) et retour au dualisme (néo-dualisme), deux  voies discutables : elles attribuent l’ imaginal : soit au sensible(matérialisme), soit à l’intelligible(dualisme) ; trouvons une alternative philosophique en reprenant en compte l’imaginal. Cela ouvre des explications sur des pratiques en pleins essor tel que : l’hypnose ericksonienne, chamanisme, visualisations, projection d’intentions, mais aussi la psychanalyse transpersonnelle, psychologie transpersonnelle, traumatologie imaginale etc.

Exemple de méthodologies scientifiques modernes pouvant inclure de l’imaginal : neuro-phénoménologie, micro-phénoménologie, épistémologie, structuralisme, herméneutique…

 

 

Pour conclure, un rapide retour en arrière historique sur la disparition de l’imaginal en occident pour penser l’expérience subjective :

XIIème siècle : Fracture philosophie perse / philosophie occidentale

XIIème: En islam perse : l’avicennisme prospère, s’infléchit vers un néoplatonisme zoroastrien et débouche sur une théosophie de la lumière & une doctrine ésotérique. En occident : l’avicennisme décline, au profit du péripatétisme (Aristote), de l’averroïsme et de la scolastique (péripatétisme + théologie chrétienne)

Disparation de l’imaginal comme mode de connaissance. Dans la philosophie médiévale, puis par la philosophie des lumières, jusqu’au matérialisme et dualisme modernes et actuels. Toute l’expérience humaine y est donc réduite à 2 domaines : la perception sensible empirique et le raisonnement intellectuel.

L’erreur épistémologique du XIXè au XXIè siècle. Dans le paradigme des «temps modernes» en 2 domaines de connaissance : sensible & intelligible , le domaine de l’imaginal y devient attribué à un sensible (matériel) sous forme «cachée».

XIXème  : Attribution de l’imaginal à la physique non-perceptible. A ce moment-là, l’Interprétation matérialiste se calque sur des doctrines médiévales mystique (ex : corps subtils) Mouvement spirites. Mouvements syncrétiques théosophiques.

XXème: Rationalisation «animiste» des pratiques traditionnelles. Interprétation matérialiste des doctrines orientales. (ex : koshas) Mouvements syncrétiques new-âge

XXIème : Confusion entre matérialisme et idéalisme (spéculations matière/conscience) Des expériences hors paradigme : notamment NDE, OBE, magnétisme, … 

Aucun paradigme moderne ne permet de tenir compte de l’imaginal.

Bonus pour aller plus loin :

 

L’imagination créatrice comprend plusieurs fonctions :

Une fonction poïétique : potentialisation et création de nouveaux contenus.

Une fonction noétique : permet de la connaissance, d’accéder à de l’information.

Une fonction hérméneutique : permet de voir derrière les apparences, de dé-crypter

 

De nombreux philosophe ont étudier le domaine de l’imagination créatrice comme processus de transformation :

Pour Bachelard : L’imagination implique une énergétique psychique :  mouvements, résistances, forces. Elle a une notion de plasticité, transformation, dynamiques, innovations … G. Bachelard a pensé une méthodologie pour observer des invariants dans la production de contenus psychiques imaginaires.

Pour Kant : L’imagination est une activité cognitive de transformation. Notion de plasticité.

Pour C.G. Jung : La transformation de l’âme passe par la transformation de ses symboles.

Pour Sartre : L’imagination est un acte, l’image est “conscience de quelque chose”. 

Pour H. Corbin : L’imagination créatrice produit des images agentes, dans l’imaginal. (on y reviendra en dessous)

Pour G. Durand : L’imagination créatrice est une fonction de l’intellect agent

L’ imagination agente: fonction d’intégration et d’apprentissage d’expériences

Pour C. Fleury : Les compétences imaginales sont de l’ordre : de compétences narratives, décryptage et ré-encodage des évènements en enseignements qui construisent des scénarii de vie.

 

L’imaginaire: catégories d’images , de symboles, de structures

Pour G. Durand : son travail a été de faire une grande classification de catégories de symboles et de structures de l’imaginaire.

Pour J.J. Wunenburger: il y a 5 catégories d’images : les idées imagées, images allégoriques, personnifications, schèmes, archétypes.

Pour R. Desoille : sont travail est de relèver une phénoménologie récurrente d’images dans le Rêve éveillé dirigé.

Pour J. Achterberg , A.Virel/ R. Frétigny: leurs travaux a consister à réaliser des méta-analyses sur différentes techniques d’accompagnement.

 

L’imaginal: une réalité ontologique autonome vis-à-vis du sujet

Pour H. Corbin : le Mundusimaginalis : est un monde intermédiaire entre sensible et intelligible. Une réalité ontologique support de formes intelligentes.

Pour J.J. Wunenburger: c’est un monde intelligible autonome (autonomie et automanifestations).

 

L’imaginal: en regard de la notion d’inconscient collectif

C.G. Jung : Archétypes et inconscient collectif : inhérent et au-delà du sujet conscient.

  1. Fleury : Histoires communes, destin commun, trajectoires communes, récits communs.
  2. Durand : Dieux, héros, panthéons : réalités de l’âme : réalités imaginales. L’inconscient collectif jungien met en mouvement les contenus des théosophies orientales (prophétologie, angélologie)
  3. Hillman: Réalité ontologique d’une âme , «perspective plutôt que substance» , «point de vue envers les choses plutôt qu’une chose»

 

Source :

L’A.R.C.H.E.  Académie de Recherche et Connaissances en Hypnose Ericksonienne

Fleury, C. : La conscience imaginale

Durand, G :Les structures anthropologiques de l’imaginaire

Gilbert Durand, L’imagination symbolique

Desoille, R.  : Le rêve éveillé en psychothérapie

Assagioli, R.  : Psychosynthèse : principes et techniques

Sohrawardi : réalités :  Imaginaire irréel X Monde imaginal : monde réel où agit l’âme

Cornélius Castoriadis, La montée de l’insignifiance, Les carrefours du labyrinthe, IV

Henry Corbin

Corps Spirituel et Terre céleste, de l’Iran Mazdéen à l’Iran Shî’ite

L’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn Arabî

C.G. Jung

Paracelse, une grand figure spirituelle, dans Synchronicitéet paracelsica

Dialectique du moi et de l’inconscient

Essai d’exploration de l’inconscient

C.G. Jung et C. Kerényi

Introduction à l’essence de la mythologie