Analyse rapide de la postmodernité

L’utilisation du concept de postmodernité se manifeste comme un mouvement qui englobe la culture, l’art, la philosophie et la littérature en opposition au mouvement moderne. L’une des caractéristiques de cette époque qui a marqué un avant et un après dans la société est l’absence d’idéologie globale et structurante définie. 

 

Regard sur le passage de la modernité à la postmodernité : 

La culture moderne se manifestait avant tout pour son droit au progrès, c’est-à-dire que chaque développement qui sera généré par diverses avancées, que ce soit au niveau technologique ou culturel, apporterait à l’ensemble de la société un développement et ce développement apporterait à son tour l’expérience d’un avenir idéal et meilleur. À l’époque de la modernité, portée par les Lumières et la Révolution, la rationalité transformatrice du monde a triomphé. Cependant, certaines de ces transformations ont finalement conduite aux grands désastres du XXe siècle. Ainsi, les post-modernes se situent dans la perspective de surmonter le désenchantement du monde. Après le relativisme scientifique (la science peut aussi créer le pire), la crise de l’idée de progrès (par la destruction des utopies), l’humanité se retrouve confrontée aux faillites écologiques, économiques et sociales. 

Le postmodernisme désigne une ontologie, une relation au monde qui prends en compte un changement de point de vue qui s’est produit dans différentes disciplines, telles que les sciences sociales, l’art, l’architecture, la littérature, la mode, les communications, la technologie. Il est communément reconnu que le postmodernisme a débuté à la fin des années 1950 et qu’il continue sans doute encore. Les transformations du pouvoir et la déshumanisation de l’après-Seconde Guerre mondiale, ainsi que l’émergence du capitalisme de consommation, peuvent être liées au postmodernisme. Le postmodemisme se veut d’abord une pensée du discontinu et de la différence. Les nouvelles formes de luttes sociales se retrouve, se structurent et regroupent (luttes intersectionnelles), avec pour objectif de déconstruire les impasses du mythe moderne limité. Cette dynamique basé entre autre sur le courant structuraliste (de Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Jean Baudrillard, Jacque Lacan ou encore Levis Strauss) puis poststructuraliste, fait émerger le mouvement postmoderne. 

 

Confrontation idéologique entre la modernité à la postmodernité : 

En essayant de résumer les aspects structuraux qui distinguent la modernité de la postmodernité, on pourrait souligner certains aspects :

 

Une critique de la rationalité :

Une vision philosophique moderne :

  • La raison et la logique, ainsi que les outils plus spécialisés apportés par la science et la technologie, permettent aux hommes de se transformer eux-mêmes et de transformer leurs sociétés pour le mieux. Les sociétés futures devraient être plus humaines, plus équitables, plus éclairées et plus prospères qu’elles ne le sont actuellement.

Dans le postmodernisme :

  • Cette croyance des Lumières en la science et la technologie comme outils du progrès humain est niée par les postmodernistes. Effectivement, plusieurs postmodernistes avancent que la recherche maladroite (ou non orientée) de la connaissance scientifique et technologique a entraîné l’émergence de technologies de tuerie à grande échelle durant la Seconde Guerre mondiale. D’autres vont jusqu’à affirmer que la science et la technologie – et même la raison et la logique – sont elles-mêmes destructrices et oppressives, car elles ont été employées par des maléfiques, surtout au XXe siècle, pour détruire et opprimer les autres.

 

Un déterminisme culturel :

Une vision philosophique moderne :

  • L’universalité de la raison et de la logique signifie que leurs lois sont les mêmes pour tout penseur et dans n’importe quel domaine de la connaissance, ou s’appliquent à lui. Selon les postmodernistes, la raison et la logique ne sont que des concepts et ne sont donc valides que dans les traditions intellectuelles établies dans lesquelles elles sont employées.

Dans le postmodernisme :

  • Il n’y a pas de nature humaine ; il s’agit de capacités, de compétences ou de dispositions qui sont transmises ou inculquées par des forces sociales. Les postmodernistes soulignent que toutes les dimensions de la psychologie humaine, ou presque, sont entièrement déterminées par la société.

 

Ce constructivisme entraîne le relativisme. Nos identités se forment et se modifient constamment en fonction de notre environnement social. Il est donc possible d’accueillir des identités multiples et variées, des vérités multiples, des codes moraux et des visions de la réalité. L’idée qu’il n’y a pas de vérité objective a toujours conduit l’accent du postmodernisme à se focaliser sur la subjectivité. Bien entendu, la subjectivité elle-même est multiple et temporaire. L’importance accordée à la subjectivité aboutira donc naturellement à un retour à l’expérience locale et spécifique, au détriment de l’universel et de l’abstrait ; c’est-à-dire aux mini-récits (de plus en plus communautaire) plutôt qu’aux grands récits (les mythes fondateurs, structurant une société). C’est sur ce constat que de nouvelles bases culturelles se sont structurées portant avec elles de nouveaux conflits sociaux autour de nouvelles causes. Féminisme, écologie, luttes LGBT, démocratie directe, sont les nouvelles formes de « mouvements sociaux » qui se développent dans le sillage de Mai-68 : les nouveaux mouvements sociaux, contrairement au mouvement ouvrier de l’époque précédente, ne semblent plus porteurs d’un projet bien défini de société, qui pourrait structurer et faire collectif dans celle-ci.

 

Remarque sur les mythes 

Les mythes enseignent aux individus comment faire face à l’existence. Ils jouent un rôle essentiel dans la préservation de la mémoire historique et la construction de la continuité des époques. Le mythe de la modernité s’est effondré à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’on a constaté que la rationalité pouvait être utilisée pour accomplir le pire. Grâce à cela, le structuralisme a pu déconstruire ce qui avait conduit la modernité à accomplir les atrocités les plus atroces sous l’égide d’un idéal utopique. Mais que ce passe t-il si nous sommes dans une société qui a supprimer toute forme de mythe, structurant la société et l’individu ? Et bien ce besoin reviens sous une autre forme, se diffusant partout, ce que l’on nomme le “Storytelling”. Nous avons plus de grandes histoires, et bien fabriquons une multitude de petites histoires auxquelles se raccrocher.


 

Analyse socio-psychologique, la déconstruction des mythes sociaux :

Une vision philosophique moderne :

  • Au moins en principe, il est envisageable de développer des théories générales qui expliquent de nombreux aspects du monde naturel ou social dans un domaine spécifique de la connaissance – par exemple, une théorie générale de l’histoire humaine, comme le matérialisme dialectique. En outre, l’un des buts de la recherche scientifique et historique devrait être de développer de telles théories, même si elles ne sont jamais parfaitement envisageables dans la pratique.

Dans le postmodernisme :

  • Cette notion est rejetée par les postmodernistes comme une illusion et même comme un symptôme d’une tendance malsaine dans les discours des Lumières à adopter des systèmes de pensée « totalisants » (comme les qualifiait le philosophe français Emmanuel Lévinas) ou de grands « métarécits » du développement biologique, historique et social humain (comme l’a affirmé le philosophe français Jean-François Lyotard). Selon le postmodernisme, l’histoire, la politique et la culture sont des récits élaborés par ceux qui exercent le pouvoir, qui incluent des mensonges et des vérités incomplètes. Ces théories sont néfastes non seulement en raison de leur inexactitude, mais aussi en raison de leur obligation de se conformer à d’autres points de vue ou discours, les opprimant, les marginalisant ou les réduisant au silence. Selon Derrida, la tendance théorique à la totalité était assimilée au totalitarisme.

 

Selon le philosophe Baudrillard, la culture de surface postmoderne est considérée comme un simulacre. Un simulacre désigne une représentation virtuelle ou fausse créée ou créée par les médias ou d’autres appareils idéologiques. Un simulacre ne se limite pas à une simple imitation ou duplication, il s’agit de remplacer l’original par une image simulée et fausse. Le monde actuel est une illusion, où la réalité a été substituée par des représentations fausses. Cela impliquerait, par exemple, que la guerre du Golfe que nous connaissons à travers les journaux et les reportages télévisés n’a aucun rapport avec ce que l’on peut qualifier de guerre en Irak réelle. Autrement dit, dans le monde postmoderne, il n’existe pas d’original, mais seulement des copies ; il n’existe pas de territoires, mais seulement des cartes ; il n’existe pas de réalité, mais seulement des simulations. Dans cet exemple, Baudrillard ne se limite pas à suggérer que le monde postmoderne est artificiel ; il implique également que nous avons perdu la capacité de distinguer entre le réel et l’objet.

 

Un rapport au réel :

Une vision philosophique moderne :

  • L’existence et les propriétés d’une réalité naturelle objective sont logiquement indépendantes des êtres humains – de leur esprit, de leur société, de leurs pratiques sociales ou de leurs techniques d’investigation.

Dans le postmodernisme :

  • Cette idée est rejetée comme une forme de réalisme naïf. Selon les postmodernistes, la réalité telle qu’elle se présente est une construction conceptuelle, un produit de la pratique scientifique et du langage.

 

Un rapport au monde néolibéral :

De la même manière que nous avons perdu le lien avec la réalité de notre vie, nous avons également perdu le lien avec la réalité des biens que nous consommons. Selon le postmodernisme, la « construction » de nos identités et de nos réalités quotidiennes est largement influencée par les médias. En même temps que les médias jouent un rôle essentiel dans la condition postmoderne, le capitalisme multinational et la mondialisation en sont d’autres. Sur le plan économique, l’ère postmoderne peut être définie comme un monde déshumanisé, globalisé, qui abolit les identités individuelles et nationales au profit d’un marketing multinational. En outre, le postmodernisme entretient un profond cynisme envers la seule force de base de la vie sociale : la culture. En supprimant complètement les présupposés idéologiques sur lesquels repose la civilisation humaine, le postmodernisme crée un sentiment de manque et d’insécurité dans les sociétés modernes, ce qui est crucial pour la survie d’un ordre mondial capitaliste. Dans un monde sans idéologie politique bien défini, vient alors le règne de la technocratie (le pouvoir aux experts) donc Macron en est un très bon représentant. 

 

Par conséquent, il s’agit bien de penser des utopies en rupture avec le capitalisme et non une stricte résistance aux mouvements réactionnaires. Nous sommes engagés dans une recherche théorique et pratique qui tend à comprendre l’ensemble de la crise que nous vivons et qui ne se limite pas au politique, car elle touche les différents registres de l’activité humaine où il est question de la passion, de la liberté et du désir.

Ces registres, outre le politique, sont l’amour, l’art et la science. C’est dire que cette crise déconstruit les fondements mêmes de tous les espaces et les registres où il est question de l’être, de la vérité et de la liberté. Notre monde propose d’abandonner toute démarche structurante et systémique tout cela à la merci d’un monde normalisé et surveillé. La philosophie est un front de luttes, le champ où les différents énoncés issus de la pensée et des pratiques critiques circulent et s’opposent. Qui, de nos jours, ne veut pas renoncer à la liberté dans l’art, la politique, la science et l’amour ne peut pas faire l’économie d’un sérieux détour par la philosophie.

 

Un article à lire en complément : 

La culture occidentale à l’ère de la raison pratico-formelle (une vision mécaniste)

 

Pour voir une analyse de l’émergence d’un nouveau mouvement suite à la postmodernité :

De la postmodernité à la métamodernité 

 

Source à lire pour approfondir sur la postmodernité :

Qu’est-ce que la postmodernité et sa signification